"TECKTONIK"par DJ RoODOo

undefinedAutobiologie c’est vraiment la démocratie participative en action. La preuve : il suffit qu’un sympathique blogger nous demande un article sur la dernière tendance de pointe, la Tecktonik, et hop, nous nous exécutons sur le champ. Qu’est-ce qu’il faut pas faire pour être populaire, je vous le dis moi….
« Tecktonik » (on dit aussi TCK quand vraiment on veut faire comprendre qu’on en est) est avant tout une marque déposée par les organisateurs des soirées « tecktonik killer »  du club Metropolis de Rungis. Ces braves gens pas le moins du monde désintéressés se sont en effet empressés, lorsqu’ils se sont rendus compte du potentiel commercial de leur concept, de faire valoir leurs droits quant à la paternité du terme. Ce qui a valu au mouvement sa première crise interne, les danseurs lambda trouvant ça « vraiment pas cool tu vois,  kikoo lol MDR ».
La Tecktonik se danse principalement sur du Hardstyle (ou dérivés genre Jumpstyle, mais là ça devient très compliqué pour le commun des mortels). Qu’est ce que le Hardstyle ? c’est un mélange, pratiqué principalement en Hollande, de Gabber (sorte de hardcore aux sonorités assez débiles à la « Thunderdome ») et de Hardtrance. L’auditeur critique décrira le Hardstyle comme une sorte de bouillie infâme à base de kicks basiques et rapides et de mélodies synthétiques popisantes à faire passer Lorie pour une médaille d’or du conservatoire classique.
C’est un de ces fléaux qui s’abattent régulièrement sur la scène électronique, comme en leur temps l’Eurodance, La Makina ou même la Tribe. Il arrive aussi avec la démocratisation du mouvement, que les TCK s’ébrouent sur de l’electro-house très commerciale, mais le niveau musical moyen reste quand même au ras des pâquerettes.
L’aspect le plus intéressant de la Tecktonik est sans doute la danse en elle même, qui nous est présentée comme un genre de synthèse entre différents styles mais dont le résultat s’apparente plutôt, de façon un peu structurée, à ce qui se passe lorsqu’on a abusé avec les stimulants : un genre de danse épileptique avec les bras qui partent dans tous les sens. Certains danseurs vraiment doués arrivent à des démonstrations plutôt impressionnantes, mais il faut bien reconnaître que lorsqu’on croise au hasard des places de nos grandes villes un attroupement de pratiquants, on a plus souvent l’impression d’avoir affaire à d’aimables débiles légers qu’à des Barrichnikov de la danse electro. Impression, que le niveau des échanges sur les blogs consacrés à cet art ne démentira pas. Kikoo lol MDR.
La communauté electro est partagée quant à l’attitude à adopter vis à vis de la Tecktonik, mais à part quelques opportunistes comme le gros Tekilatex, rares sont les laudateurs du mouvement. Les réactions ordinaires vont de la résignation amusée à l’exaspération la plus complète. Parce qu’encore un fois, l’amalgame est fait entre musique électronique et débilité mercantile. Et aussi, parce que ces charmants bambins commencent à envahir les fêtes techno, au point que sur certains gros rassemblements il faut slalomer entre les pantins désarticulés qui puent le gel fixation forte, pour aller au bar commander un vodka-redbull, et ensuite re-slalomer jusqu’au dancefloor en faisant gaffe qu’un de ces crêteux fashion ne renverse pas le précieux breuvage. Ce qui est tout de même un comble pour un vieux raver respectable. Salauds de jeunes !
Mais ce qui m’emmerde le plus avec la Tecktonik, c’est encore le style vestimentaire qui va avec. Chacun s’habille comme il veut, entendons nous bien, mais toutes les boutiques de streetwear pas trop chères où j’avais mes habitudes se sont reconverties dans les t-shirts moulants à rayures fluos, les moule-bites dont même le chanteur de Mötley Crüe ne voudrait pas et les baskets de chochottes genre Converse bariolées. Et là je dis stop ! Qu’un mec de 33 ans soit obligé de passer par internet pour se procurer un baggy ou un sweat à capuche décent est le signe indéniable d’une décadence qu’on ne saurait tolérer plus longtemps au pays des droits de l’homme et de Bénabar. J’en appelle aux consciences éclairées de notre Patrie ! Et pour que chacun puisse prendre pleinement conscience du danger, voici quelques liens vidéos où l’abjection s’exprime dans toute sa méprisable plénitude :
ACGG   QUESTION STYLE...ILS GÈRENT  ET ENFIN CAR LE MONDE DOIT SAVOIR
BONUS de dernière minute offert par Vermine01 : Original TCK
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :