Grüik 3

extraitgruik03.jpgOn a mis quasiment un an à le sortir celui-là. Il faut dire que c'est aussi le temps qu'il nous a fallu pour vendre assez de numéro 2. Mais bon, cette fois la qualité est enfin au rendez-vous et le succès est immédiat. Ce numéro regorge de bonnes idées (c'est la naissance des Kéblokémons) et l'humour absurde fait mouche. Il nous a fallu trois numéros mais ça y est, on a trouvé notre style et notre rythme de croisière. En quelques mois, la plupart des exemplaires sont vendus (on imprime à environ 500 exemplaires) et on commence à croire que pour le numéro suivant, on pourra passer à 28 pages.
On commence également à trainer nos sales tronches dans les festivals BD mais notre comportement un peu trop rock'n'roll et 33 export nous fait vite repérer par les éditeurs... C'est grillé pour nous... Et en plus, ça nous fait marrer. Du coup on se démarque aussi des autres fanzineux qui, à quelques heureuses exceptions prêts, sont d'incroyables lèches culs avec les éditeurs et les auteurs pros. Pendant que certains font des heures de queue pour proposer leur gribouillons aux éditions soleil (tiens, j'ai oublié la majuscule, c'est bizarre !), nous, on aligne les dédicaces face à des groupes de gamins enragés et on se marre bien.
C'est aussi avec ce numéro que je me suis mis à faire la mise en page, vu que je m'étais engueulé avec notre graphiste. J'achète mon premier Mac et je découvre X-Press, Photoshop et Illustrator... C'est le coup de foudre.